Inspiration

 

Le rêve est une étape préalable à tout projet…

 

Si nous sommes partis en voilier pendant un an, c'est que nous en rêvions depuis de longues années. Amoureux de la mer, nous nous sommes laissés inspirer par des récits de voyage et des marins, hommes et femmes, qui nous ont transmis le goût de l'aventure. Notre imaginaire s'est nourri au fil des ans par ces pérégrinations maritimes. Elles nous ont portés, jusqu'à ce que nos regards se croisent d'un air entendu et que nos bouches s'accordent à dire: “Pourquoi pas nous?” …

Voici donc quelques références qui nous ont marqués, et qui peut-être vous permettrons de d'alimenter votre attirance pour l'élément marin et, pourquoi pas, de vous lancer aussi dans le grand voyage.

N.B: veuillez nous excuser pour la taille des images, l'éditeur ne me permet pas d'ajuster leur taille. 

 

Étape I: rêver avec les récits des plus grands 

 

Récits de voyage: les “mythiques”

 

Est-il nécessaire de présenter ce marin  farouchement indépendant, sauvage et audacieux, qui a décidé de ne pas franchir la ligne d'arrivée du Golden Globe Challenge en vainqueur pour continuer son périple vers les îles Pacifique? Bernard Moitessier est un écrivain et un navigateur hors-pair: on embarque avec lui dans la navigation en solitaire au long cours, en quête de bonheur et d'un vent de liberté. 

 

1969. Un cotre en bois de 10 mètres largue les amarres, avec à son bord 2 jeunes au caractère bien trempé: Gérard Janichon et Jérôme Poncet. Pendant 5 ans, ils sillonnent les mers du globe jusqu'à des latitudes extrêmes. Du Spitzberg à l'Antarctique, en passant par la remontée de l'Amazonie et les îles australes, le périple de ces 2 gitans des mer nous emmène dans des contrées reculées, pour 55 000 milles nautiques riches en rebondissements, découvertes et exotisme. Un classique de la littérature maritime!

 

Auteur canadien, Farley Mowat manie la plume comme personne: aventureux et vif d'esprit, il nous partage avec un humour mordant sa détermination à vouloir faire naviguer Fleur de Passion, une goélette insensible aux efforts de ses propriétaires pour rester à flot. Si une échappée dans les côtes sauvages de Terre-Neuve jusqu'à Montréal et la remontée du Saint-Laurent vous tente, n'hésitez plus: ce livre est tout simplement jubilatoire!

 

Eric. Une légende de la voile moderne. Lequel de tes ouvrages choisir, tant tu as marqué une époque ? Capitaine de vaisseau dans la Marine Nationale, tu te tournes vers la course au large et nous retrace, dans Victoire en Solitaire, ta première grande victoire à bord de Pen-Duick II, te faisant passer de l'ombre à la lumière. Créateur d'une école française de la course au large en formant des générations de marins à son contact (Kersauzon, Lamazou, Colas, Poupon…), tu es à l'origine de la conception de bateaux novateurs, prenant en compte les dernières évolutions techniques, tout en appliquant les principes de l'aérodynamie au monde de la voile. Ce livre est la rencontre avec la figure de référence de tout marin, “tombé dans la marmite” de la voile quand il était petit.

 

Kersauson, c'est déjà un nom qui en jette. Formé par Tabarly, le personnage a du bagou, et un foutu caractère. Il est un brin poète aussi, et on se laisse aisément séduire par ses souvenirs de mer et considérations maritimes. En dépit de quelques propos qui frisent la misogynie (on va mettre ça sur le compte de l'époque), on se laisse embarquer par une écriture simple et efficace, laissant une sensation d'apaisement iodé. Le must? Déguster ce recueil au bar du bout du monde, fondé par Kersauson au port du Moulin Blanc à Brest, où nous avons acquis notre bateau!

 

A mi chemin entre les “mythiques" et les “modernes”, Florence Arthaud est la première femme à boucler la première édition de la Route du Rhum en 1998. Fille de l'éditeur Jacques Arthaud, le parcours de la “petite fiancée de l'Atlantique” est impressionnant. L'esprit libre, elle nous conte avec humour son entrée dans la course au large, les rencontres décisives et quelques déboires de sa vie intense et passionnée. On la respecte et on l'admire; c'est elle qui a réussi à introduire les femmes dans le milieu de la voile, qui leur est réputé hostile et macho. 

 

Récits de voyage: les “modernes”

 

Evidemment, on va vous parler de “chouchou”. Ce prodige de la voile française émerveille par son sens marin doublé d'une ingénieuse inventivité. Après avoir remporté le Vendée Globe en 2012, François continue à innover dans le monde de la voile, sur des courses en équipage, en solitaire et en record du monde. Si la voile est un sport avant tout mécanique, il en est la preuve: ingénieur INSA, François prouve que l'alliance du marin et du technicien créent la différence. C'est un bosseur et un génie, on aime son humilité, en dépit du succès!
Armel, c'est le gars qui inspire la sympathie. Le Chacal - son surnom sur l'eau - s'adoucit dès qu'il repose le  pied à terre. Plusieurs fois, on le croise : à la cale de Sainte-Marine en train de siroter un godet avec sa femme, sur une régate-saucisson à Bénodet - ses enfants de 10 ans nous mettant une latte sans vergogne: il est accessible, tranquille, souriant. De Saint-Pol de Léon en Bretagne Nord aux podiums de la course au large, son livre retrace son évolution dans la course au large, sans omettre les traumatismes laissés par une mer déchaînée sur son histoire. C'est une porte ouverte aux instants de gloire et séries de cauchemar des marins professionnels. Vaillant, il y retourne toujours!

 

Maud Fontenoy a plusieurs carrières. Avant de créer sa Fondation pour l'environnement et de s'engager en politique, elle impressionne par sa ténacité à vouloir traverser les océans à la rame ou à la voile, parfois à contre-courant, pour varier les plaisirs. Dans “Le sel de la vie”, Maud nous raconte à quel point la mer, elle l'a dans la peau. Par ce qu'elle vit sur les océans, elle forge le sens de sa vie. En lutte pour des valeurs profondes telles la protection des océans et le respect du vivant, cette aventurière humaniste nous instille une bonne dose d'espoir. Et de ça, en ce moment, on en a besoin.

 

Inspirations positives: les “inclassables”

 

Le père Jaouen, un prêtre jésuite né à Ouessant, implanté à l'Aber Wrach', un trois-mâts…cela donne un projet un peu fou: celui d'emmener les jeunes en difficulté naviguer sur le Bel-Espoir, pour leur apprendre l'autonomie et le sens des responsabilités. 

 

Vous avez sûrement entendu parler d'un jeune breton un peu fou parti à bord d'Yvinec, son voilier, pour s'hiverner dans la banquise du Grand Nord avec sa poule Monique. Ce récit audacieux et amusant nous emmène dans les contrées reculées du Groënland, avec un personnage aussi bien atypique qu'attachant. 

 

People of the Sea est le récit d'une époque, d'un architecte naval et de son pari fou: construire des catamaran-canoë robustes, inspirés du savoir-faire polynésien. Les “Wharram” sont des bateaux mythiques, construits par des chantiers ou par soi-même. En plus d'un design, c'est toute une philosophie dont parle ce livre: celle du minimalisme, des low-tech, du DIY et de la simplicité. Ah oui, il parlera peut-être des nombreuses femmes qui vivaient nues sur son voilier, mais ça, on n'y peut pas grand chose…
Qui ne connaît pas Corentin de Chatelperron dans le milieu de la voile? Cet ingénieur audacieux, d'abord connu pour avoir crée Gold of Bengal afin de promouvoir les ressources naturelles pour la construction de bateaux, s'est lancé dans un tour du monde des Low-Tech. Des quoi? Des Low-tech: contrairement aux High-Tech, les Low-Tech demandent peu d'énergie, de matière, et sont facilement réparables. Un personnage pionnier du domaine, qui a bien de quoi nous inspirer! 

 

Capucine Trochet a repris Tara-Tari, le bateau en fibre de jute fabriqué par Corentin (cf ci-dessus) pour une navigation à son rythme: alors qu'elle devait courir la mini 6.50, Capucine est clouée dans un lit d'hôpital par une maladie. Un seul projet la fait tenir: celui de partir naviguer avec un voilier à son image, et ce sera Tara-Tari. Avec ses béquilles en guise de barre de flèche, son récit est une ode à la simplicité et au temps présent.

 

 

II. Nourrir son imaginaire…les autres médias

 

Les films

 

Ah…Eric…Comment ne pas te citer? Merci Yann Tiersen pour la B.O extraordinaire de ce film. Les images d'archives sont saisissantes. On y voit Eric, jeune officier de la Marine Nationale, évoluer jusqu'à devenir une légende de la voile. Visionnaire, indépendant, libre et intelligent, on en ressort ému et grandi. C'est le témoignage d'une époque. Dommage qu'on ne puisse changer la fin.

 

Embarquez avec Philippe Poupon, navigateur renommé, et Géraldine Danon, sa femme réalisatrice, pour un tour du monde en famille à bord de Fleur Australe. Récit de famille (4 enfants à bord) et paysages à couper le souffle sont au rendez-vous! Cette série documentaire nous tient en haleine et nous fait découvrir le voyage au long-court. Un vrai shoot d'évasion, qui pendant le confinement nous a concurrencé Le Bureau des Légendes, c'est dire!

 

L'Odyssée, c'est le portrait de Jacques-Yves Cousteau et de son mythique bonnet rouge. Explorateur océanographique et pionner de la plongée sous-marine moderne, il vous donne l'ivresse des profondeurs. La distribution est excellente: avec Lambert Wilson, Audrey Tautou et Pierre Niney. on ne peut qu'être séduits par les personnages et le magnétisme du mythique JYC.

 

Parfois, un bon film français sans prétention nous donne la bouffée d'air frais attendue. C'est le cas de l'Equipier, qui met en scène la  dernière génération de gardiens de phares sur l'île d'Ouessant. Avec Torreton et Sandrine Bonnaire, on ne s'ennuie pas. En plus, c'est une histoire d'amour. Et rien qu'en regardant le vent qui souffle à Ouessant, on est déjà bien rafraîchis.

 

Mais non, on ne l'a pas oublié celui-là! Comment aurions-nous pu? Vu que c'est en partie grâce à ce film que notre bateau s'appelle Amorgos, nous ne pouvons omettre ce Luc Besson, à visionner en version longue bien-sûr, pour plonger dans les abîmes de la mer. De NYC au Pérou, en passant par la Sicile et la Grèce, on embarque avec le duo Reno-Barr, et on se laisse porter sous les mers par la B.O extra et assez planante composée par Eric Serra.

 

Guirec, encore Guirec, a heureusement filmé son épopée dans le Grand Nord. Ça donne un film d'aventure glaçant, merveilleux et déroutant, sur son aventure avec sa poule dans la banquise. Scotchés à nos sièges de l'UGC, on s'est demandé en sortant du ciné si on se faisait pas une bêtise en partant traverser l'Atlantique car il nous a quand même bien fait flipper. Un personnage enthousiaste, plein d'énergie et d'humour, qui nous montre qu'une poule, ça peut être fun et s'attacher.

 

En musique

 

En plus de la BO du Grand Bleu (Eric Serra) et du film Tabarly (Yann Tiersen), toutes deux sublimes, tantôt apaisantes ou enivrantes, nous vous invitons à écouter la playlist d'Amorgos, celle-qui rassemble beaucoup de titres que nous aimons écouter en mer. Tranquilles, old school ou punchy, ils nous tiennent bien pendant les quarts.

Rendez-vous sur Spotify: https://open.spotify.com/playlist/4prcAtnu4vCq4plrn4a43j?si=b1f7614a0f5744bc

 

Yann Tiersen. Encore. Dans EUSA, Yann nous emmène à Ouessant, pour une balade sauvage et touristique dans cette île marquée au fer rouge par la puissance de l'océan. Un album d'une pureté incroyable.

 

En podcasts

 

Tip & Shaft est le média de la navigation en compétition. Dans Into The Wind, les plus grands compétiteurs de la course au large et de l'olympisme se racontent. Un tête à tête passionnant où l'on découvre le parcours de l'enfance jusqu'au podium des plus grands marins de notre génération.

 

 

Sarah Hébert est une ancienne véliplanchiste professionnelle, fondatrice du SUP Yoga. Elle navigue actuellement autour du monde avec son compagnon et leurs 2 enfants en bas-âge. Dans Oleti, elle invite à son micro des personnalités ou inconnus dont le parcours est inspirant, autour des thèmes de la glisse, du développement personnel et du yoga. Rafraîchissant!

 

 

Les aventurières des mers ont leur mot à dire: c'est dans ce podcast que vous découvrirez ces portraits de femmes engagées, qui ont un lien particulier avec l'élément marin. Archéologue sous-marin, biologiste, officier de la marine marchande, photographe…le micro est donné à des profils variés et intéressants pour qui se demande quel métier exercer en lien direct avec les océans.

 

En BD

 

Surnommé “l'enfer des enfers”, l'ArMen est un phare mythique construit au large de l'île de Sein à la fin du XIXème siècle. On y découvre la vie d'un gardien de phare, et de cet univers impitoyable et hypnotique qu'est la mer déchaînée propre à cette contrée peu hospitalière…

 

Emmanuel Lepage nous emmène cette fois-ci dans des terres peu hospitalières: les TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises). Il retrace le voyage effectué à bord du Marion Dufresne, et les aventures vécues aux côtés de l'équipage scientifique et technique. Les images sont sublimes!

 

 

III. Passer du rêve à la réalité

 

De nombreuses personnes larguent les amarres, c'est un fait. Une connaissance de connaissance, un ami parfois. De parfaits inconnus, formés ou novices en matière de navigation à la voile, osent se lancer dans cette folle aventure. Où partir? Quel bateau choisir? Quel budget? Quelles spécificités à la croisière hauturière? Comment gérer son crédit, son job et les nouvelles formalités administratives et logistiques à ce changement de vie?

Quelques livres nous ont éclairés pour entrer dans le concret. Les voici: 

 

Pour nous, tout a commencé avec ce livre là…Louis, un ami de Kévin, nous l'avait conseillé. Un jour, je l'offre à Kévin, et c'est là qu'on réalise se projeter dans le voyage: “et si c'était nous, quel itinéraire ferions-nous? Avec quel bateau?”. On peut ne pas être fan de la tonalité humoristique parfois douteuse de l'auteur, il n'empêche, ce livre est une porte d'entrée efficace pour toute personne qui souhaite se rendre compte de ce qu'un départ en grand voyage implique, des bonnes surprises mais aussi des galères rencontrées.

 

Recueil d'expériences, trucs et astuces et conseils adressés au néophyte, Moitessier nous transmet l'ouvrage qu'il aurait aimé trouver pour se lancer dans la grande aventure. C'est pédagogique, il y a des schémas: on le recommande!

 

Avec “Voyages de grande croisière”, “Routes de grande croisière” est un incontournable pour tout voyageur au long cours: il apporte un éclairage indispensable sur les routes à emprunter en fonction des régimes de vent et de courant, saison par saison, partout dans le monde. Le seul hic est que le livre est un peu volumineux pour un Tour de l'Atlantique Est-Ouest d'un an.  Ce n'est pas grave: ça fait joli dans la bibliothèque et peut-être aurons-nous à l'utiliser un autre jour si on se lance dans le Grand Nord ou la Transpacifique? 

 

Ça, c'est une BD originale, où l'on embarque à bord de Cirrus aux côtés de Jérémy et Maud. Ils réalisent un tour de l'Atlantique à deux en ajoutant à notre itinéraire un passage par la Norvège et l'Écosse. Cette BD est agréable à lire. C'est une manière sympathique et esthétique de se plonger dans un voyage à la voile à deux, en passant par chaque étape, joie et galère des passagers. Vous l'aurez compris, chaque ouvrage ne fait pas omission des pépins qui ne manquent jamais d'arriver sur un voilier. Ça fait partie du jeu!

 

La voile, on le sait, n'est pas si écologique qu'on pourrait le penser. Construction des bateaux en matériaux issus du pétrole, antifouling nocifs pour l'environnement, dégradation d'embarcations dans les ports,  gestion des huiles et des déchets laissant à désirer…tout n'est pas rose dans la plaisance. En revanche, il est possible d'être un plaisancier éco-responsable en suivant le guide publié par Vagnon. Autant ne pas se priver de cette mobilité douce, alternative au grand voyage en l'air, en prenant conscience des basiques à respecter pour ne pas polluer. Un must-have pour les baroudeurs d'aujourd'hui!

 

En plus des nombreux ouvrages qui existent sur la préparation d'une année sabbatique à la voile, des blogs bien fournis donnent de précieux conseils pour entreprendre son voyage. C'est le cas de:

- Poussé par le vent, alimenté par Sarah Hébert - dont on a déjà présenté le podcast, qui partage tutos et conseils intéressants sur son blog et sa chaîne Youtube.

- Manwë Odyssey, un couple de Français partis pendant 3 ans autour du monde en voilier.

                                                                              ***

 

0 Commentaire(s)

Leave a Reply

A propos

Un an, un couple, un voilier

Retrouvez-nous sur

Newsletter

Abonnez-vous pour reçevoir nos news.